Ce début d’année 2018 va donner du fil à retordre aux community managers, en effet, Facebook a annoncé de nombreux changements qui ne vont pas dans le sens des pages de marques.

Changements d’algorithme et du newsfeed sont à venir, le tout au nom du bien-être des utilisateurs selon Mark Zuckerberg.

Privilégier les amis et la famille au nom du bien-être

Actuellement, sont utilisés comme critères pour déterminer la visibilité d’une publication : les réactions, commentaires et patages. Peu importe la qualité de l’interaction effectuée sur votre post, seul le nombre d’interactions sur votre publication compte pour la booster. En d’autres termes, plus votre post est liké, commenté ou partagé, plus il sera susceptible d’être vu au plus grand nombre.

Facebook souhaite donc modifier cet aspect en évaluant les messages qui suscitent « des conversations et interactions significatives entre les gens ». Le fonctionnement de ce nouvel algorithme se basera sur une estimation de votre disposition à interagir avec les publications de vos amis. En fonction du jugement de Facebook, ces publications seront placées en haut de votre fil d’actualité.
D’une manière générale, les publications des amis et de la famille seront priorisées par rapport aux posts publics. En conséquence, les publications des marques seront moins visibles.

Priorité aux médias informatifs, locaux, bien notés

Un sondage a été lancé aux États-Unis dans lequel Facebook demandait d’évaluer la confiance qu’accordaient les participants aux différents médias. Si les résultats de cette étude n’ont pas été dévoilés par Facebook, s’en est suivi une décision importante du réseau social.
En effet, pour donner suite à l’analyse des résultats de l’étude, Facebook a décidé de mettre à jour le newsfeed afin de prioriser les contenus à caractère informatif. Notons que ces modifications ne seront effectives qu’aux États-Unis pour le moment. Bien entendu, l’idée est d’étendre ces mises à jour au monde entier.

Si vous en aviez marre des gifs de chat (ce dont on doute) ou des mèmes qui envahissaient votre feed Facebook, vous devriez être ravis de ce changement. Depuis août 2016, de nombreux sondages sont effectués pour évaluer l’aspect informatif des différents contenus publiés sur Facebook. Ce sont ces nombreux sondages qui permettront au géant des médias sociaux de mettre en place un nouveau dispositif favorisant les contenus à caractère informatif.
Ajoutons à cela l’aspect local qui devra également être mis en avant lors de ces modifications. Les internautes sont de plus en plus adeptes de toutes les informations très locales qu’ils peuvent obtenir. Facebook prévoit de mettre ces contenus locaux en avant via une section dédiée sur l’application.

L’impact de ses modifications sur le fonctionnement de Facebook

Ces deux changements majeurs auront des conséquences importantes sur l’utilisation que nous avons aujourd’hui de ce social media.

D’une part pour les marques qui perdront de la visibilité et des leviers de communication auprès des internautes sur Facebook. Les pages et médias les moins fiables vont donc voir leur reach baisserdirectement. Les pages ayant déjà un taux d’engagement faible aujourd’hui seront les plus pénalisées par ces changements d’algorithme.

D’autre part, Facebook a annoncé vouloir en profiter pour pénaliser les pages suscitant artificiellement des interactions sur leur contenu.

Dorénavant, il faudra :

  • Miser sur du contenu percutant et naturel
  • Éviter les publications racoleuses

Il est fort probable que dans les mois et années à venir les marques misent beaucoup plus sur la publicité et les influenceurs pour être visibles. La publicité sur Facebook deviendra alors presque obligatoire pour les entreprises afin de développer leur visibilité et leur notoriété sur Facebook.

Mark Zuckerberg justifie ces choix

Le créateur de Facebook a souhaité prendre la parole pour donner suite à l’annonce de tous ces changements sur Facebook.

Il a ainsi indiqué que ces choix ont été effectués afin de tendre vers plus de bien-être pour tous les utilisateurs de Facebook. Il estime qu’être bombardé d’actualités anxiogènes n’aide pas au développement du bien-être, contrairement aux photos de notre familles et amis.

Ainsi, on serait finalement en mesure de se demander si c’est Facebook qui déciderait de notre bien-être !? C’est une approche que beaucoup de sociologues confirment au travers de leurs études du phénomène. Facebook pourrait donc influencer l’humeur de ces utilisateurs, ce qui explique les derniers choix de Mark Zuckerberg.